CI n°19 du 08-05-2024

COMMUNIQUE D'INFORMATION DU MERCREDI 8 MAI 2024

REGARD SUR L’ACTUALITE
IL S’ELEVA, ET UNE NUEE VINT LE SOUSTRAIRE À LEURS YEUX.


Ce Jeudi 09 Mai est jour de fête puisque l’Eglise nous invite à célébrer l’Ascension de notre Seigneur Jésus auprès de son Père. Pour comprendre le récit de cet événement que nous offre Luc dans le livre des Actes des Apôtres (Ac 1, 1-11), il faut s’arrêter sur le langage qu’il utilise. C’est un langage symbolique. Dans la façon de concevoir l’univers, on parle de trois « étages » : le ciel (monde de dieu), la terre (monde des vivants) et les enfers (monde des morts). Le monde de Dieu étant « au ciel », entrer dans le monde de Dieu ne peut se dire qu’en termes d’élévation. L’Ascension n’est donc pas un « décollage réussi » à la façon de nos fusées modernes. Il s’agit d’un retour du Christ vers son Père. En Israël, c’est dans le monde « d’en haut », c'est-à-dire le monde de Dieu que le prophète Daniel voit le peuple des Saints persécutés à cause de leur foi et glorifiés sous la figure mystérieuse du Fils de l’Homme (Dn 7). Résurrection et exaltation / ascension sont donc deux façons d’exprimer une même réalité : l’accès au monde divin. La présence de la nuée qui dérobe Jésus au regard des apôtres exprime bien la présence de Dieu comme dans l’Exode ou sur le Sinaï, ou encore dans le temple que Salomon vient de faire bâtir à Jérusalem (1R 8, 10-11) Dire que la nuée « déroba Jésus à leur regard » signifie bien que Jésus est entré dans le monde de Dieu, qu’il cesse un mode de présence charnel, visible, pour en inaugurer un autre, spirituel, invisible. Ce mode de présence du Christ glorifié près du Père, établi comme Seigneur, nous l’expérimentons dans notre vie de disciples jour après jour, jusqu’au jour de son retour où nous le verrons face à face !


L’Ascension est également l’achèvement du mystère pascal. Tout au long de son évangile, Luc nous présente Jésus comme celui qui « monte » à Jérusalem, vers son enlèvement : sa mort et son exaltation. Jésus est donc arrivé au terme de sa montée auprès de son Père. Par sa résurrection, Jésus est « monté » du monde des morts au monde des vivants. A l’Ascension, il poursuit son exaltation en passant du monde des vivants au monde de Dieu. Luc insiste sur le fait que les apôtres « voient » et c’est pendant que Jésus annonce la venue de l’Esprit qu’ils le voient s’élever. Nulle part ailleurs dans tout le NT nous ne trouvons référence à cette vision. Que veut dire Luc ? C’est dans l’Ancien Testament que nous allons trouver des éléments de réponse, car nous y trouvons deux enlèvements : celui du patriarche Hénok (Gn 5, 24) et celui du prophète Elie (2R 2). Si pour Hénok, il n’y a aucun détail, l’enlèvement d’Elie est un long récit.

Elie sachant qu’il va partir prend avec lui son disciple Elisée et lui dit : « demande ce que je dois faire pour toi avant d’être enlevé loin de toi ». Elisée demande alors « une double part de son esprit », c'est-à-dire la part réservée au fils premier né, faisant ainsi d’Elisée l’héritier spirituel de son maître. Elie répond : « si tu me vois pendant que je serai enlevé… » Et pendant qu’ils parlent, Elie est enlevé au ciel et Elisée le voit. Il reçoit donc bien l’Esprit d’Elie et c’est bien ce que reconnaissent ses collègues prophètes quand ils disent : « l’Esprit d’Elie repose sur Elisée » (2R 2, 15). Luc aime présenter Jésus comme un « nouvel Elie ». On comprend alors qu’il insiste sur le fait que les apôtres « voient » Jésus emporté au ciel alors qu’il leur annonce la venue de l’Esprit. Puisque les disciples le voient, ils recevront l’Esprit de Jésus pour poursuivre sa mission. Par son esprit, Jésus continuera d’être présent à ses disciples, à les animer.


Cette fête de l’Ascension de notre Seigneur Jésus Christ nous invite à la joie et à l’action de grâce comme le rappelle l’oraison de la messe de ce jour : « Dieu qui élèves le Christ au-dessus de tout, ouvre-nous à la joie et à l’action de grâce, car l’Ascension de ton Fils est déjà notre victoire : nous sommes les membres de son corps. Il nous a précédés dans la gloire auprès de toi et c’est là que nous vivons en espérance ! ». Elle nous invite également à l’espérance. Il nous appartient désormais de préparer son retour, car il reviendra, comme l’annoncent ces anges vêtus de blanc qui interpellent les disciples : « Pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »



+ Monseigneur Jean-Pierre COTTANCEAU