N°26 du 26-06-2024

COMMUNIQUE D'INFORMATION DU MERCREDI 26 JUIN 2024

REGARD SUR L’ACTUALITE
ÉVANGELISATION OU PROSÉLYTISME ?


Ce dimanche, dans l’archidiocèse de Papeete, nous fêterons deux grands Apôtres Saint Pierre et Saint Paul, deux piliers de l’Eglise. Nous savons combien les Apôtres étaient attachés au ministère que Jésus leur avait confié.


Souvenons-nous lorsqu’après la guérison de l’infirme de la « Belle Porte » Pierre et Jean furent arrêtés par les prêtres, le commandant du Temple et les sadducéens, ils affirmaient ouvertement avec assurance : ‘’ En nul autre que lui [Jésus], il n’y a de salut, (…) il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu’’. (Actes 4, 3.12.20)


Quant à Paul, après sa conversion du côté de Damas, nous savons quel ardent prédicateur il fut, parcourant le monde méditerranéen pour proclamer la Bonne Nouvelle du salut. Souvenons-nous de son magnifique témoignage auprès des Anciens de l’Eglise d’Ephèse : ‘’ j’ai servi le Seigneur en toute humilité, dans les larmes et les épreuves (…) ; je n’ai rien négligé de ce qui était utile, pour vous annoncer l’Évangile et vous donner un enseignement en public ou de maison en maison.(…) Je rendais témoignage devant Juifs et Grecs pour qu’ils se convertissent à Dieu et croient en notre Seigneur Jésus. (…) en aucun cas, je n’accorde du prix à ma vie, pourvu que j’achève ma course et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus : rendre témoignage à l’évangile de la grâce de Dieu.’’ (Actes 20, 19-24)


Ils sont nombreux ces témoins de l’Evangile qui, depuis le temps des Apôtres jusqu’à nos jours, ont oeuvré en tous lieux à la surface du globe, en toutes circonstances, souvent au péril de leur vie, afin que le nom de Jésus et son enseignement soient connus de tous.


De nos jours, ce zèle missionnaire est souvent assimilé à du prosélytisme. Comme le soulignait St Jean-Paul II dans son encyclique Redemptoris Missio [La mission du Rédempteur] : ‘’Aujourd'hui, l'appel à la conversion que les missionnaires adressent aux non-chrétiens est mis en question ou passé sous silence. On y voit un acte de «prosélytisme»; on dit qu'il suffit d'aider les hommes à être davantage hommes ou plus fidèles à leur religion, qu'il suffit d'édifier des communautés capables d'oeuvrer pour la justice, la liberté, la paix, la solidarité. 
Mais on oublie que toute personne a le droit d'entendre la Bonne Nouvelle de Dieu, qui se fait connaître et qui se donne dans le Christ, afin de réaliser pleinement sa vocation.’’ [Redemptoris missio, 7 décembre 1990, n.46)


Ne voit-on pas des catholiques très engagés dans la Nouvelle Evangélisation qui n’hésitent pas à faire du porte-à-porte, à prêcher l’Evangile, à distribuer des flyers et des invitations à participer à des réunions de prière ou à des manifestations religieuses ? Ils utilisent également les techniques de communication (news-letter, shorts, vidéos…) pour rejoindre et toucher le maximum de personnes. Serait-ce du prosélytisme ?


C’est la mise en application de ce que nous enseigne le Catéchisme : ‘’Enseigner quelqu’un pour l’amener à la foi est la tâche de chaque prédicateur et même de chaque croyant. Leur mission prophétique, les laïcs l’accomplissent aussi par l’évangélisation, " c’est-à-dire l’annonce du Christ faite par le témoignage de la vie et par la parole ". [Catéchisme de l’Eglise Catholique nos 904-905]


En France, au nom de la liberté de pensée, de conscience et de religion le prosélytisme n’est pas interdit sur la place publique (pourvu qu’il n’y ait pas trouble à l’ordre public). Par contre toute déviation vers le harcèlement religieux peut être considéré comme un délit.


Le 11 janvier 2023, le pape François entamait un cycle de catéchèse « consacré à un thème urgent et décisif pour la vie chrétienne : la passion pour l’évangélisation, c’est-à-dire le zèle apostolique ». Il expliquait qu’« Être missionnaire, être apostolique, évangélisateur donc, ce n’est pas la même chose que de faire du prosélytisme », ajoutant « il s’agit d’une dimension vitale pour l’Église (…) Lorsque la vie chrétienne perd de vue l’horizon de l’annonce, elle tombe malade : elle se referme sur elle-même, elle devient autoréférentielle, elle s’atrophie (…) sans zèle apostolique, la foi se dessèche ». Citant Benoît XVI, il soulignait : ‘’ L’Église ne grandit pas par prosélytisme, l’Église grandit par attraction’’. Alors sommes-nous EVANGELISATEURS, c’est-à-dire des témoins du Christ suffisamment « attractifs » comme le furent Pierre et Paul … et bien d’autres !



Dominique Soupé